Jeudi 16 Août 2007 :
Tout d'abord, on tient à vous rassurer, au moment du tremblement de terre nous nous trouvions encore à Aréquipa et nous n'avons rien senti.
Comme prévu nous avons pris la route pour une longue nuit de bus entre Aréquipa et Nazca.
A notre arrivée à 5h30 du matin, il n'y avait plus d'électricité, ni de liaisons téléphoniques, aucun moyen de communication. (ce qui nous a empêché de pouvoir prévenir rapidement nos familles).
Nous nous sommes rendues comme prévu à l'aérodrome de Nazca pour faire le survol des mystérieuses lignes Incas.
    DSCN1946     DSCN1948     DSCN1954
DSCN0048  DSCN0049Encore souriantes dans l'avion

Nous avons pris un petit coucou et avons survolé à 400 m d' altitude la montagne pendant 25 mm de façon "sportive", ce qui a permis à Valérie d'utiliser les poches plastiques mises à disposition, mais ce qui ne l'a pas empêché de tenir l'appareil photo d'une main et la poche de l'autre (nous saluons ici son courage !).
DSCN0061 DSCN0062 Là se sont les lignes inexpliquées de Nasca

Initialement nous avions prévu de nous rendre à 4 km d'Ica (lieu du séisme) et d'y passer quelques temps afin de profiter de la lagune et des dunes de sable: Mais le destin en a décidé autrement....
Dans la panique, nous avons essayé de trouver un bus pour Lima, Eliane a décidé de rester à Nazca donc nous voilà parties à 3. Ce ne fut pas chose simple mais nous avons fini par en trouver un bus. Seule, une Compagnie a accepté d'en faire partir un et a trouvé quelques fous comme nous pour accepter de prendre la route en sachant qu'elle était en partie détruite à Pisco mais nous étions obligés de passer par là...
C'est là que nous avons commencé un trajet d'enfer ! Pour une durée initiale de 6 h, nous avons mis 11h
pour rejoindre Lima (dont 5h arrêtées à Pisco (lieu terrible) pour passer le pont complètement démoli.
Nous avons vu des gens dans les rues sans abris, transportant des réserves d'eau sur le dos, avec des couvertures, des poteaux électriques couchés, les maisons (en majorité des constructions les plus sommaires) éboulées. Une pagaille inextinguible, et la route fissurée et avec des failles par endroits d'1 M.
Quand on le voit à la TV bien tranquille dans son fauteuil, ça ne fait pas le même effet !!!! La nuit est tombée et personne ne savait combien de temps on resterait encore là. Malgré ça, nous étions quand même à l'abri dans le bus et même si nous avons eu très peur par moment, personne ne s'est plaint compte tenu des circonstances.
Nous sommes arrivées finalement vers 1 h du mat. à l'hôtel à Lima, complètement épuisées . Coup de fil aux familles et dodo.